Avril

Porteurs d'espérance, avec le Christ

Le thème de cette année est plus qu’approprié pour la période que nous venons de terminer, celle du carême. Celui-ci est synonyme de privation de quelque chose que nous aimons particulièrement pour la plupart de nous (nourriture, jeu vidéo, etc…). Nous avons cependant réfléchi au sens de ce jeûne et nous en sommes venu à une conclusion : bien que l’on ait le désir de souffrir pour Dieu comme son Fils Jésus l’a fait, il est impossible pour nous de le faire dans la même mesure. L’important, c’est de mieux apprécier ce que l’on a et de rendre grâce à Dieu pour cela. La croix ne se porte pas seulement dans le cou; chacun porte sa croix et ce fardeau est léger avec Jésus, nous dit l’Évangile. Jésus a vécu toutes les souffrances possibles sur la croix et a porté tous les péchés de l’humanité. Ayons l’audace de croire qu’il peut s’arranger avec nos petites misères. Parce que la résurrection est un passage, elle est présente à chacun de nos jours. L’on peut dire que la résurrection est une renaissance, une chance de tout recommencer, de renaître. On peut la vivre après un déménagement, un deuil, une maladie, mais aussi quand l’on passe du primaire au secondaire, au CÉGEP et par la suite au marché du travail. Les réfugiés syriaques l’ont d’ailleurs vécu particulièrement en changeant de pays. La croix a une symbolique spéciale. Même si elle est synonyme d’échec et de malédiction au point de vue humain, elle est l’instrument du salut pour Dieu et relève l’homme. Un signe rempli d’espérance de Pâques !!! Nous sommes tellement fiers de notre foi chrétienne !!! Et catholique… Et pourquoi pas romaine… Nous vous souhaitons que la joie du Ressuscité soit sur vos visages pendant tout le mois d’avril et joyeuses Pâques! Comme les apôtres l’ont constaté, il ne sert à rien de désespérer. C’est la fête !!! Nous ne sommes jamais seuls, jamais abandonnés à nous-mêmes !!! Avec le Christ, tout est possible !!! Osons y croire, mais surtout le vivre. Les Moussaillons de St-Césaire/Rougemont

Arts et Spiritualité au Cinéma - Cheminement II

Ce mois-ci, des films américains et russes. Réconcilions ces 2 peuples dans le Comment-Terre! Reed, L’extase et l’agonie, États-Unis, 1965. Hymne grandiose à l’art et à la foi. Michel-Ange et le pape Jules II ont des rapports orageux lors de la création par le premier des fresques de la Chapelle Sixtine. Ils seront réconciliés par la volonté commune de terminer cette œuvre de foi. Et Michel Ange demandera de sculpter le tombeau du pape. Roy Hill, Hawaii, États-Unis, 1966. Vers 1820, un missionnaire calviniste fait fausse route par excès de rigueur. Progressivement rejeté par tous, il prend finalement le parti des Hawaiens sur la question de leurs droits territoriaux… et se fait proposer l’aide pastorale d’un jeune homme qu’il avait sauvé de l’infanticide. Friedenberg, L’éducation de Little Tree, Etats-Unis, 1997. À voir! Superbe version cinématographique du sublime roman de Forrest Carter. Un orphelin est recueilli par son grand-père écossais et sa grand-mère cherokee, qui l’élève en alliant foi, liberté et tradition indienne. Il est placé dans un pensionnat, avant d’en ëtre libéré par son grand-père et son ami. Shyamalan, Éveil à la vie, États-Unis, 1998. Un adolescent découvre Dieu gräce à son meilleur ami et à une religieuse enseignante. Inspirant pour notre mission de jeunes catholiques. Lynch, « The Straight story », États-Unis, 1999. Chef-d’œuvre! Un vieil homme part sur les routes en tondeuse à gazon pour se réconcilier avec son frère. Il fera diverses rencontres - une jeune fugueuse, une famille accueillante, un prêtre – qui le prépareront à ce qui l’attend. Shankman, « Une promenade inoubliable », États-Unis, 2002. La relation improbable entre le gars le plus populaire de son école et la fille équilibrée d’un pasteur. Beau et touchant. Estevez, « Le chemin », États-Unis, 2010. Film inspirant et comique sur le chemin de Compostelle, qui montre bien la diversité des motivations et des résultats dans l’expérience spirituelle. Tarkovski, « Andrei Roublev », Russie, 1966. Chef-d’oeuvre contemplatif de 3 heures, un film chrétien à l’ère soviétique! La vie du peintre d’icônes au XVIème le montre de plus en plus sensible à la souffrance et au génie du peuple qui l’inspire. Le film propose une mystique de l’incarnation et de la justice, tout en baignant dans un esthétisme interpellant. Tarkovski, « Stalker », Russie, 1979. Un film de science-fiction spirituel, dans l’URSS de Brejnev! Un passeur guide un écrivain et un scientifique dans une zone interdite pour leur permettre de réaliser leur vœu le plus cher. Or ce n’est que par l’humilité et l’ouverture à la force des faibles qu’ils pourront y parvenir… Sokourov, « Faust », Russie, 2011. Lion d’Or à Venise. On sent l’étouffement d’une âme dans cette version du mythe de Faust, savant pris entre l’ambition et l’amour. Sylvain Bélec

Le Club Unis-Vert et le Frère André

L’automne dernier, les jeunes ont lu pour découvrir qui est le saint Frère André. Une vingtaine de personnes, petites et grandes, ont visionné le film sur la vie du Frère André dans la sacristie. Dans l’église, une chasse au trésor a été organisée par Unis-Vert pour les gens de la paroisse afin de découvrir les étapes importantes de la vie du Frère André; plus de 25 personnes jeunes et moins jeunes y ont participé. Cet hiver, une douzaine de personnes de la paroisse se sont rendues à l’Oratoire Saint-Joseph en compagnie du Club Unis-Vert pour découvrir cette immense construction érigée pour saint Joseph par le Frère André. Le frère André a souvent, très souvent, dit : « Va priez saint Joseph ». Et beaucoup de gens ont été exaucés et guéris par saint Joseph, ce membre oublié de la Sainte Famille. Karmen St-Pierre Saint-Pie

Journée plein-air et St-Valentin

Les Moussaillons ne se sont pas assis sur leurs lauriers pendant le mois de février… Notre journée plein-air a finalement eu lieu et ça valait la peine d’attendre. Parce que nous nous sommes bien amusés, nous allons vous donner un compte rendu de cette journée qui a été suivie des festivités de la St-Valentin, même si nous étions le 17 février. Nous avons eu le plaisir d’accueillir des membres de la communauté syriaque orthodoxe de Montréal qui sont sortis de la ville pour monter et glisser la montagne avec nous. L’effort nécessaire pour monter la montagne enneigée était grand, mais le plaisir à dévaler à toute vitesse était partagé. Nous avons vécu une belle expérience. S’ensuivit une très belle messe à St-Césaire où nous nous sommes rendus pour manger. Vu que c’était le premier jour du carême, notre curé David Labossière avait proposé que l’on remplace la lasagne par un bon bouillon de poulet, mais ses recommandations furent ignorées (pour le bonheur de tous). La fraternité était très forte entre les Salut-Terriens et avec la variété de gens qui était venu de tous horizons. Nous avons eu droit à des conversations très franches durant le souper qui nous ont enrichis. Plusieurs personnes ont donc pu découvrir l’esprit de Salut!Terre; un esprit de fraternité, de partage et de joie. Une réflexion sur l’Évangile du centurion admirable par sa foi nous a donné de très belles inspirations et réflexions (Voir Mt 8, 5-17 "Dis seulement une parole, et je serai guéri(e)"). S’ensuivit une soirée de jeux traditionnels québécois et traditionnellement Salut-Terriens. Au plaisir de se retrouver l’an prochain! Les Moussaillons de St-Césaire/Rougemont

Nouvelles de Vimont Laval

Nous, - le club Salut!Terre de la paroisse St-Elzéar, des jeunes accompagnés de leurs parents, des animateurs ainsi que Sylvain le coordonnateur de notre mouvement -, avons rendu visite aux personnes âgées à L'Habitation La Rose Blanche le 17 décembre 2017 afin de découvrir la façon dont elles fêtaient Noël. Cette visite a été organisée par Ana Maria, la responsable de la paroisse St-Elzéar. Durant la visite, nous avons tous eu droit à une magnifique chanson chantée par les deux filles d’Ana Maria. Puis nous avons distribué des cartes de vœux à chacune des personnes âgées qui étaient très contentes de nous recevoir. Elles nous ont remerciés et elles nous ont donné des anges faits soigneusement à la main. C’était un très beau geste de leur part. Nous avons été très contents. Elles nous ont montré plusieurs crèches faites de différentes matériaux. Pour terminer, nous avons eu droit à une petite réception avec des petites gâteries. Cette visite nous a permis d’en apprendre plus sur les traditions de Noël. Cela nous a permis de socialiser avec les autres, de nous rapprocher des personnes âgées et de voir ce que représente la fête de Noël pour elles. Julien Louis-Jean Vimont Laval

Une nouvelle fondation!

Le 6 mars dernier, le nouveau club de Granby est né. C’est la première fondation de club depuis la vague des 4 clubs de 2015. Rachel Comtois et Faustin Mugisha animeront ce club créatif et dynamique, qui est passé de 2 à 7 membres en seulement 2 semaines! Bienvenue au deuxième club Salut!Terre implanté dans la ville de Granby… et au premier sis dans la paroisse natale de notre coordonnateur : Saint-Eugène. D’autres fondations sont attendues d’ici cet été. 2018 sera un autre grand cru dans l’histoire de notre Mouvement!

Eéhcaz 8102 (Zachée 2018)

Du 23 au 25 mars a eu lieu le camp Zachée, l’un des deux camps d’entrée du Mouvement se déroulant depuis plusieurs années dans le mémorable lieu de l’école Marie-Clarac à Montréal. Inoccupés des jeunes élèves pour la fin de semaine, les nombreux locaux sont devenus le théâtre de parties de cache-cache traditionnelles ou réinventées des plus amusantes. Ayant trouvé un recoin bien simple, l’arrière d’une porte de toilette, et m’étant rendu compte qu’il ne restait que moi dans ma cachette, j’ai ri intérieurement en entendant des commentaires comme «Voyons, est-ce qu’elle s’est cachée dans le plafond?» Notre coordonnateur, humble serviteur comme il aime tant se qualifier par humour, a semblé bien heureux (et non bienheureux) d’avoir pu jouer au soccer avec les jeunes, ce qu’il n’avait pas fait depuis longtemps afin de préserver ses infrastructures articulaires presqu’aussi vieillissantes que celles de la ville. Tristan Vieira nous a préparé une partie de Commando ou 1-2-3 Soleil, tout dépendant de comment vous appelez le jeu, avec des cachettes faites de matelas et de gros cylindres dans le gymnase du millième étage. La grande de 28 ans se sentait comme une enfant de vingt ans de moins! J’ai par la suite fait participer la gang à des jeux à l’envers, dont le premier était d’apprendre nos noms inversés… Cela a donné des perles de prénoms, comme Ellebanna pour Annabelle et Enahpets pour Stéphane. Trebla a tellement aimé ce petit jeu qu’il a commencé à parler et à écrire à l’envers de temps à autre. Imaginez, Niavlys nous a posé une question en plénière et Trebla a répondu «Siauo»! Comme autre moment magique, je retiendrai les courses en chariot dans le corridor dont quelques photos figurent sur le site internet du mouvement. Mais là, vous devez vous demander si les jeunes ont fait autre chose que de faire les jeux les plus cool! Bien oui, ne vous inquiétez pas, Salut!Terre n’est évidemment pas une garderie et les jeunes ont aussi réfléchi sur eux-mêmes et sur leurs relations avec les autres, avec Dieu et avec la nature par le biais d’une activité tenue secrète pour les non-initiés (chuuuuut!) Des articles et un poème ont été rédigés et un dessin a aussi été fait pour l’édition d’avril du Comment-Terre, chanceux que vous êtes de pouvoir en profiter! Pour terminer sur une note un peu plus biblique (mais pas tant que ça), alors que Zachée est monté et descendu de son arbre pour rencontrer Jésus, eh bien, nous, on peut dire qu’on a monté et descendu des escaliers en fin de semaine pour le suivre dans la fraternité qu’il nous propose! Chacun est reparti, fatigué, mais visiblement comblé. C’est à ce moment qu’on se dit que le temps a passé trop vite et qu’on a hâte au prochain camp! Rachel Comtois, Animatrice du club de Granby

Motivations pour venir en camp

Il y a plusieurs bonnes raisons pour venir en camp : Dans chaque camp, il y a un axe qu’on approfondit et qui t’apprend des choses spirituelles. Si tu te dis parfois que personne ne te comprend, en camp il y a plein de gens qui sont là pour partager leur foi ensemble. De plus, tu passes de bons moments avec eux en jouant à des jeux. Nous partageons nos repas ensemble, qui sont succulents et pleins de variété. Les emplacements des camps ne sont pas nécessairement dans ton secteur, alors tu connaîtras d’autres coins du Québec. Au lieu de rester chez toi à faire des choses inutiles, viens en camp car ça t’enrichira. Les réunions de clubs sont amusantes, mais en camp tu te développeras davantage et tu t’amuseras encore plus. Finalement, en faisant les camps Zachée, Emmaüs et Apôtres, tu pourras faire ton Leadership, qui te permettra d’être plus responsable, plus organisé, à mieux tisser des liens et à mettre un plus dans ton C.V. On espère te voir en camp prochainement! Annabelle Morin et Jennifer Kangui

Arts et Spiritualité Spécial Johnny Cash III

Bon, c’est mon dernier… Je me suis fait plaisir musicalement… I Hung My Head : Histoire d’un homme qui en a tué un autre sans faire exprès, le fusil lui ayant échappé des mains. Vu qu’il s’est enfui après l’incident, il se retrouve en cours pour être jugé et va être condamné à la peine capitale. Il éprouve des remords immenses d’avoir rendu une famille orpheline et demande à la fin la miséricorde de Dieu. In My Life : Compte rendu d’une vie, des choses que l’on a vues passer avec le temps et des amitiés partagées. La mémoire est une faculté très importante. Can't Help But Wonder Where I'm Bound : Chanson d’une personne tourmentée qui ne peut s’empêcher de se demander où elle s’en va. Un peu mélancolique, je dirais. L’on peut voir dans notre vie beaucoup de personnes qui, tel le narrateur, sont des errants. God Is Not Dead : Dans la simplicité, cette chanson reprend la vie de Jésus et présente la résurrection. J’aime bien le titre de la chanson qui contredit Nietzsche qui disait le contraire. God is not dead, he never dies. I’m So Lonesome I Could Cry : Privilégier les dernières versions. Magnifique! La chanson nous permet de penser à ceux qui se sentent seul et à nous-mêmes, contemplant la lune solitairement pendant la nuit. Why Me Lord : Gospel assez classique qui est un cri du cœur demandant pardon au Seigneur. Nous avons gaspillé beaucoup de notre temps sur terre à ne pas faire grand-chose. Cash chante sa gratitude envers Dieu d’avoir été si bon avec lui tout de même. Montre bien que c’est par la grâce que nous sommes sauvés. Spiritual : Mériterait un article complet à elle seule. Une chanson de 5 minutes de prière au total. L’on sent la sincérité de cette chanson. Personne ne veut mourir seul, sans espérance d’une résurrection. La répétition du nom de Jésus montre l’importance du nom du fils de Dieu, le rédempteur. Ça donne des frissons quand Cash, vers 4 minutes 15 se met à chanter les plus hautes notes de son registre (qui est très bas). Belle façon de chanter pour mieux donner toutes nos souffrances au Christ, parce que sans lui, dit le narrateur, notre amour n’est pas vrai, mais au moins il est là pour s’arranger avec tout ça. Personal Jesus : Chanson connue assez rock et la version Cash m’interpelle particulièrement. You need to confess, I will deliver, you know I’m a forgiver. Un Jésus personnel nous donne envie de lui parler plus souvent. Help Me : Appelle à l’humilité pour demander au Seigneur son aide. Oh, Lord, help me walk Another mile, just one more mile; I'm tired of walking all alone Unchained : Chanson d’un esprit qui veut être délivré de ses chaînes. Pour cela, il devra se mettre à genoux et s’appuyer sur le roc. I Came To Believe : Raconte comment quelqu’un peut passer de l’incroyance à la foi. Quand l’on ne peut plus gérer les problèmes que nous nous sommes créés, l’on crie vers le ciel pour demander à Dieu de nous aider en désespoir de cause. L’on n’arrive à pas grand-chose par nous-mêmes et Cash chante que l’homme ne peut pas perdre un peu d’espoir chaque jour indéfiniment. ‘’Yes, I came to believe in a power much higher than I’’ est la phrase à méditer. You Are My Sunshine : Plus ou moins de contenu spirituel, mais très belle musicalement. Cash chante à propos de quelqu’un qui l’a quitté et qu’il considérait pourtant comme son seul rayon de soleil. If I Gave My soul : Très beau gospel !!! Alors que l’on se croit le plus grand pêcheur que Dieu ait connu, le cœur serré, l’on va vers Jésus espérant qu’il comprendra. Un homme a perdu sa famille parce qu’il buvait et faisait de la mauvaise musique dans le band du diable. Heureusement, il s’en remet à dieu en lui donnant tout le contrôle de son âme. Évidemment, l’on est alors pardonné et c’est comme si l’on portait de nouveaux vêtements, il nous donne un nouveau souffle et une nouvelle dignité. François Dufour

L'arrivée de l'espérance

Une colombe vole dans les cieux, Dessus un village majestueux. Toute en blanc, Elle regarde les paysans Et voit la détresse dans leurs yeux. Ils vivent dans la misère, Loin de Notre Père. Ils volent, ils mentent, Ils font ce qui leur tente. Tout à coup, quelque chose se ressent dans l’air. Les gens commencent à s’aider; Maintenant ils peuvent subsister. Leurs attitudes s’améliorent, Ils réalisent qu’ils avaient tort Et que leurs futurs peuvent s’améliorer. Ce jour-là, Jésus est apparu Dans tous les cœurs tordus. Il leur a montré son amour, Et chacun à son tour A réalisé que le monde peut leur offrir beaucoup plus. Elisabeth Nafornita-Pal et Tristan Vieira