Décembre

Restaurer notre maison commune avec Jésus

Notre terre se fait vieille et fragile. Il faut en prendre soin, la chérir comme si c’était un nouveau-né chaque jour, c’est un cadeau. Mais attendez... Avons-nous quelques choses de concret à proposer? Allons-nous répéter sans cesse de belles paroles qu’un enfant pourrait dire? ̈-Il faut changer, ne plus polluer ̈ ̈ -La terre c’est Important ̈ ̈ -J’aime la nature, moi! ̈ Nous vous proposons de mettre en œuvre une philosophie de vie. Ora et Labora, ce qui veut dire travail et prière, dans le but de sauver la terre. En plus de prier pour nos frères au cœur de l’hiver, allez pelleter votre cour au lieu d’attendre le tracteur polluant! Ce travail physique vous permettra de réfléchir en même temps de rendre votre corps chaste par l’exercice .Nous pouvons aller marcher dans la neige à la place de partir l’auto. O.K. c’est plus long... Il faut rendre cette marche profitable. Allez-y avec un membre de la famille, profiter-en pour discuter. Si vous êtes seul, parler à Jésus et prier. À la place de rentrer à l’intérieur à la course parce qu’il fait trop froid, prenons exemple de Jésus et des Saints. Allons aider ceux qui ont encore plus froid que nous! Donc, en ce début d’hiver, prenons le temps de prier, de travailler. Il est important de réfléchir à notre planète. Faites un cadeau à la terre. Prenez une nouvelle résolution pour les années à venir! Club Les soldats du Christ de Rougemont

Première fondation de club en Ontario

En octobre dernier, un premier club a été fondé en Ontario francophone : celui de Saint-Albert, dans l’archidiocèse d’Ottawa. Les 3 animateurs-trices et 9 jeunes font figures de pionniers dans cette nouvelle zone géographique du Mouvement. Un des animateurs, Gilles Néron, avec l’appui de Sylvain, sera l’antenne de Salut!Terre pour la promotion et la fondation des clubs dans cette région. Gilles a animé le club de Boucherville et est prêt à relever le défi. 2 jeunes du club – Ghyliane et Dominic – ont vécu le camp Emmaüs à Granby en début novembre. Ils ont expérimenté ainsi le style du Mouvement et seront à même d’en parler aux jeunes de leur région. La fondation d’un second club à l’école secondaire Franco-Cité d’Ottawa aura lieu incessamment; Gilles y est animateur de pastorale. D’autres clubs suivront. Un camp Zachée est prévu en Ontario en février. À suivre….!

Les memes catholiques

Ces 8-9-10 novembre, certains jeunes du Canada ont eu l’occasion de participer à un camp incroyable : le camp Emmaüs. Nous avons ainsi eu la chance de participer à une activité de présentation de mêmes catholiques, préparée par François Dufour, un jeune animateur. Un même est une image ou une série d’images décrite par un court paragraphe drôle. Ces mêmes nous ont démontré en étant chrétiens, il est possible de rire dans un contexte religieux! Certains d’entre nous ont trouvé que regarder des mêmes les inspiraient à en créer d’autres. D’autres salutterriens ont trouvé que les mêmes étaient trop « edgy », mais cela rendait l’exercice encore plus attrayant! Somme toute, c’était très drôle et on pouvait en apprendre sur la religion en riant. C’était vraiment original. Finalement, François Dufour a réussi à prouver que l’humour moderne peut être apte à faire rire des gens de tous les âges et de tous les pays de la Sainte église catholique et apostolique romaine. Pierre-Luc Dufour, Dominic Provencher, Mateo Boisvert-Reyes Déreck Loiselle, Deogratias Thibaudeau, Mélodie Hamel

Comment rendre hommage au Frère André?

Né le 9 août 1845 et éteint le 6 janvier 1937 à l’âge honorable de 91 ans, le Frère André est une figure incontournable du catholicisme québécois. Il a été canonisé en 2010 par le pape Benoit XVI. Le Frère André est un homme simple, il a passé une partie de sa vie à être portier au Collège Notre-Dame à Montréal. Il aidait également à l’infirmerie, coupait les cheveux des élèves et lavait les planchers. C’est avec le prix des coupes de cheveux qu’il a pu d’abord construire le premier petit oratoire, précédent celui que nous connaissons aujourd’hui. À l’âge de 30 ans, le Frère André reçut le don de guérison. Il a donc commencé son ministère au même âge que le Christ Coïncidence? Nous ne croyons pas! Le Frère André, très humble, affirmait aux personnes guéries par sa main que c’était attribuable à Saint Joseph. Nous avons beaucoup à apprendre de cela, nous aussi .Le Frère André était lui-même une personne malade, il passa sa vie à se nourrir de farine et d’eau (de la colle!), car son estomac ne supportait pas autre chose. Sa situation l’aidait certainement à comprendre les personnes qu’il aidait. Michel St-Onge (Mitchy Bobby pour les intimes) nous a raconté qu’il a déjà rencontré un homme ayant été guéri par le Frère André. Plus jeune, cet homme avait des problèmes de vision et, avec désespoir, sa mère l’avait reconduit au Frère. Lui frottant la tête en le rassurant et lui suggérant de faire une neuvaine, cet homme a recouvré une vue normale alors que tous croyaient qu’il perdrait totalement la vue. Alors, nous avons décidé de prendre le même chemin de sainteté que le Frère André avec les oubliés de notre société. Nous avons réfléchi aux actions à porter envers les orphelins, les personnes seules, les personnes ayant un handicap, les travailleurs en difficulté et les personnes vivant des difficultés intérieures. Nous vous invitons à rendre hommage au Frère André en aidant votre prochain avec humilité et compréhension. Nous ne nous doutons pas toujours de la portée de petits gestes dans la vie des autres. Rachel Comtois, François Dufour, Mathieu Bolduc et Célian Ngoie

Les sans-abris

Lors du dernier camp Emmaüs, nous avons participé à des activités de réflexion. Celle qui nous a le plus marqué est celle sur l’itinérance. Rachel a su nous inspirer à travers une chanson intitulée Another Day in Paradise de Phil Collins. en nous poussant à voir au-delà des préjugés et mieux comprendre la réalité des sans-abris. À travers cette réflexion, nous avons réalisé que plusieurs personnes étaient indifférentes à cette réalité. Notre ouverture d’esprit nous a permis de réaliser que personne n’est à l’abri de l’itinérance. De plus, malgré leurs efforts, certaines personnes ont la malchance de se retrouver face à la rue même si ce n’est pas nécessairement de leur faute. Nous avons trouvé des façons de les aider sans obligatoirement leur donner de l’argent. Une façon de donne à notre prochain serait de leur donner de la nourriture, des vêtements ou même un sourire (qui vaut cher mais est gratuit). Merci à Rachel de nous avoir transmis ce message émouvant et inspirant à travers la chanson, un sketch et une réflexion approfondie. N’oubliez pas d’aimer votre prochain comme vous-mêmes, car ils ont leurs besoins et leurs droits comme tous. Ghyliane Grégoire, Adriana Bertolini, Vincent Deslauriers Marie-Anne Dufour, Alessia Tremblay, Éléonore Longchamps,Gilles Néron

Wilhelm Schadow

Les tableaux de Schadow ont beau daté de presque 200 ans, ils mettent tous en valeur la spiritualité des Chrétiens. Ils sont remplis de lumière, avec des personnages réalistes qui permettent de cerner les sentiments. Grâce à son dur labeur, Schadow a su transmettre la photographie qu’il avait dans sa tête en image réelle. Nous avons remarqué que l’abstraction symbolique reste là, mais que les émotions qui animent l’œuvre peuvent se transmettre. Ces peintures sont belles et de très grande qualité. Nous avons découvert un peintre inspirant et dont l’œuvre peut servir pour enseigner la catéchèse. Même si ses images sont simples, elles nous font voir grand, elles nous parlent au plus profond de nous et font ressortir les plus grandes vérités évangéliques. C’est sûrement un grand humaniste qui a bien saisi Jésus et a su nous le représenter fidèlement. Les Disciples de Schadow Anaïka Jean Marie, Amaïka Jean Marie, Clarence Tchouela Stéphanie Bisson, Abigaël Longchamps