Novembre

Porteurs d'espérance avec le Christ

Porteurs d’espérance avec le Christ : Un sacrifice qui ne s’oublie pas… Le 11 novembre est le Jour du Souvenir. Souvenir de guerres qui ont dévasté notre monde. Souvenirs de ces vaillants soldats qui ont quitté le pays et sont allés défendre les gens qui étaient martyrisés et tués sur d’autres continents. Souvenir de gens qui, comme le Christ, ont sacrifié leur confort pour secourir l’humanité. À leur façon, ils étaient porteurs d’espoir, espoir d’une libération pour ces peuples. À moindre échelle, nous aussi sommes appelés à porter l’espoir aux gens qui nous entourent : tous ceux qui sont laissés seuls, intimidés, ignorés ou encore, malades. Tous ces gens ont besoin d’espérance dans leur vie pour se sortir de leur situation. Quand nous aidons ces gens par des actions concrètes comme la nuit des sans abris, la guignolée, la popote roulante, l’accueil de réfugiés, nous sommes porteurs d’espérance comme le Christ et comme ces valeureux soldats qui se sont battus pour la justice et le rétablissement de la paix. Par notre baptême, nous sommes unis au Christ et donc c’est avec lui que nous sommes porteurs d’espérance et il nous accompagne dans cette tâche et c’est donc à nous de prendre l’initiative de porter et de répandre cette espérance qui provient d’un acte rempli d’amour fait pour nous par le Christ et qui nous empêche de l’oublier. Team Holy Spirit Saint-Valérien

Arts et Spiritualité au Cinéma

Novembre commence par la fête de la Toussaint, la fête de tous les saints et saintes. De beaux films présentent la manière d’être, les paroles et les actes de ces modèles de vie chrétienne. Laissons-nous donc inspirer par ces œuvres qui illustrent l’expérience unique de Saintes et Saints. Zeffirelli « François et le chemin du soleil », Italie, 1971. La vocation de saint François, un jeune privilégié se révoltant contre l’injustice sociale et la superficialité. On comprend pourquoi le pape actuel a choisi son nom : proximité des plus pauvres et de la nature; réforme de l’Église de l’intérieur, par l’amour et l’engagement; belle influence mutuelle entre François et sainte Claire. Et une musique très « Flower Power ». Protazanov « Le Père Serge », Russie, 1918. Un film sur un saint russe orthodoxe – saint Serge de Radonège – qui a réussi à sortir à travers les affres de la guerre civile. Brillant jeune militaire, Serge refuse d’épouser l’ex-maîtresse du tsar et sa fait moine, ermite, puis moine mendiant et thaumaturge, avant de se voir déporté en Sibérie, incompris. Saint très populaire en Russie, protecteur de la Russie médiévale. Dreyer « La Passion de Jeanne d’Arc », Danemark, 1928. Superbe film muet où l’auteur de « Ordet » (film du Leadership II ) nous fait VOIR les paroles échangées avec une intensité rare. Le parallèle est évident avec la passion du Christ : une jeune femme croyante est confrontée à la mauvaise foi de théologiens et de juristes prêts à tout pour la confondre et garder le contrôle sur la population. Bresson « Le procès de Jeanne d’Arc », France, 1961. Version parlante, mais beaucoup plus sévère du même sujet : l’aventure intérieure de Jeanne, du début des audiences au supplice final. Zinnemann « Un homme pour l’éternité », Angleterre, 1966. Cinq Oscars pour ce film sur la vie de saint Thomas More, l’auteur de « L’Utopie ». Chancelier d’Agleterre sous Henri VIII, il refuse les combinaisons matrimoniales du roi et sa prise de contrôle sur l’Église. Il finira martyre, décapité ; un modèle de droiture. Gethers « Le Père Damien », Etats-Unis, 1980. La vie de l’apôtre des lépreux sur l’île polynésienne de Molokaï. Martyr de la charité, il contracte lui aussi la lèpre et en meurt, en plein apostolat missionnaire. Pallu « La vie merveilleuse de Bernadette », France, 1929. Reconstitution touchante de la vie de sainte Bernadette Soubirous, jeune fille de 14 ans à l’origine du pèlerinage de lourdes, où elle eût ses visions de la Sainte Vierge. Arthur « The staircase », Etats-Unis, 1998. Beau film sur un miracle survenu à la chapelle des sœurs de Notre-Dame-de-Lorette à santa fe au Nouveau-Mexique. Un ouvrier inconnu de passage a réparé en 1872 un escalier en colimaçon d’une manière inexplicable. Le parallèle avec la personnalité de saint Joseph est frappant. Cavalier « Thérèse », France, 1986. Mise en scène austère et minimaliste, mais illuminée par le rayonnement de sainte Thérèse de Lisieux, jeune religieuse cloîtrée joyeuse et mystique qui mourra de la tuberculose après avoir surmonté ses doutes. Labrecque « Le Frère André », Canada, 1987. Bon film sur le religieux de Sainte-Croix qui a guéri tant de gens et fondé l’Oratoire Saint-Joseph. Labrecque insiste sur l’humanité et la spiritualité du frère André, et sur les difficultés qu’il a dû surmonter. Sylvain Bélec, Coordonnateur

Début d'année Salut!Terre

Premièrement, il y a eu l’ordination de notre nouvel évêque de St-Hyacinthe, Mgr Christian Rodembourg. Les membres de notre club ont été sollicités pour chanter dans la chorale de la cathédrale, servir la messe et accueillir les gens. Magnifique liturgie, avec une très belle musique, qui a duré 3 heures… Nous n’avons pas pu être présents à la cérémonie de départ de Mgr François Lapierre, mais nous lui souhaitons une belle retraite. Nous gardons le souvenir d’un homme extrêmement doux, on ne pouvait être à ses côtés sans songer à devenir meilleur. Nous l’aimions et le respections beaucoup dans notre diocèse et c’est lui qui nous a donné notre Médaille du Mérite Diocésain! Quel honneur venant de cet homme! Notre club a eu l’opportunité de participer à l’entrée en catéchèse à la paroisse de st-Césaire. Lors de temps de partage, nous avons pu aider les jeunes ainsi que nous-mêmes à trouver l’appel missionnaire adressé à tout chrétien. Nous avons même fait de petits sketches et la distribution d’une excellente nourriture. Le 2 octobre, François s’est rendu sur le terrain pour être présent à la cueillette de pommes au monastère de Rougemont dans le cadre de notre récent partenariat avec la communauté syriaque orthodoxe. Beaucoup de membres des clubs de Vimont Laval et de Saint-Pie ont aussi répondu à l’appel. Ça faisait du bien de revoir des gens que ça faisait longtemps que l’on avait pas vu et de faire goûter l’axe de la nature à des personnes plus urbaines. Le lancement de l’année Salut!Terre à Saint-Pie a été enrichissant. La qualité était là! La nourriture était excellente grâce aux généreux membres et le mouvement a vécu une messe spéciale avec le curé Daniel Courtemanche. C’était une occasion de réfléchir sur le thème de l’année et de bâtir la fraternité entre nouveaux et anciens membres. Répétons-le, on a très bien mangé! Pour finir, au niveau personnel certains de nos membres ont découvert leur mission à travers un appel de Dieu : un appel au pardon des gens, ce qui est relié à notre thème « Porteurs d’espérance ». Si l’on est pas prêt à pardonner, à être miséricordieux et à ne pas avoir de rancune envers son frère, il nous sera impossible d’être porteurs d’espérance! C’est en pardonnant que l’on est pardonné et ainsi, libérés de nos chaînes, on peut vraiment apporter l’espérance du Christ jusqu’aux confins de la Terre, pour tous nos frères et sœurs sans exception. Les Moussaillons de Saint-Césaire-Rougemont